ALGM
Bienvenue sur le forum de l'Association des Anciens de Langues et Littératures Germaniques et Modernes ouvert à tous les enseignants et futur enseignants.

Rappel : Soirée de lancement du Forum ALGM, jeudi 29 avril à 18h00 au Campus du Solbosch au local DB 10.245

Ce forum est une fenêtre de rencontre et d'échange entre jeunes prof de langues et prof plus expérimenté.
Derniers sujets
» cahier de matiere
Jeu 3 Jan 2013 - 1:17 par noa83

» Concours de rédaction American Embassy
Mer 11 Jan 2012 - 13:38 par Marie Dpl

» The Guardian Teacher Network
Mer 16 Fév 2011 - 19:22 par Marie Dpl

» Grammaire interactive
Lun 13 Déc 2010 - 19:58 par Marie Dpl

» Vous le connaissez ce rêve?
Jeu 2 Déc 2010 - 14:48 par Rosalie

» Théâtre en anglais
Mar 30 Nov 2010 - 22:08 par Marie Dpl

» Liens utiles
Jeu 18 Nov 2010 - 19:46 par Marie Dpl

» Cambridge University Press in Wavre(24/11)
Jeu 18 Nov 2010 - 19:37 par Marie Dpl

» Nouvelle liste de liens utiles
Jeu 18 Nov 2010 - 19:34 par Marie Dpl

Décembre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

Calendrier Calendrier


Bien faire son métier n'est pas toujours facile!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Bien faire son métier n'est pas toujours facile!

Message  Marie Dpl le Mer 26 Mai 2010 - 19:47

Quand on est prof, c'est inévitable: il y a des jours où l'on rentre chez soi le ventre noué, rempli de sentiments de colère, d'incompréhension, d'injustice,...Aujourd'hui est un de ces jours noirs pour moi. Parfois cette colère me vient d'une altercation avec un élève, de l'incompréhension de mon entourage quand j'ose dire que je suis fatiguée alors qu'il y a deux semaines j'étais encore en congé, ou encore de la non-reconnaissance de mon métier par un trop grand nombre de gens qui pense que j'ai choisi la facilité en devenant prof. Aujourd'hui ce n'est ni un élève, ni une réflexion d'un proche qui m'a énervé: c'est le manque de moyens dont nous disposons pour faire correctement notre métier.

Cela fait deux semaines maintenant que je m'applique à la préparation des examens et des révisions: trouver les bons textes, les bonnes auditions, des sujets d'expression écrite intelligents, sans oublier des questions pour l'examen oral qui permettront aux élèves de réutiliser tout ce qu'ils ont acquis tout au long de l'année scolaire. Vient s'ajouter à tout cela la recherche d'exercices de révision pour préparer au mieux les élèves aux différentes épreuves de l'examen. Une fois tout trouvé, consciencieuse, je me réunis avec tout mes collègues et tous ensembles nous vérifions que les textes ne soient pas trop difficiles, que les questions soient claires et que l'ensemble de l'examen soit cohérent avec la matière vue au cours.

Il ne reste alors plus qu'à attendre l'horaire des examens afin de pouvoir fixer les jours et les heures des examens oraux. 117 élèves à interroger, cela demande du temps et une certaine organisation...je m'attèle donc sans attendre à cette tâche qui s'annonce des plus ardues. Il me faudra quelques heures de réflexion intensive et plusieurs essais avant d'enfin obtenir quelque chose de satisfaisant: j'ai réussi à contenter la plupart des élèves et mes collègues.

Mais malgré cet exploit (car cela en est réellement un!), je suis fâchée. Je suis fâchée parce qu'il m'est pratiquement impossible de bien faire mon travail. On nous demande sans arrêt de penser à la façon dont nous formons et évaluons nos élèves, on nous demande d'être cohérent dans l'apprentissage que nous leur donnons, on nous demande de leur faire acquérir des compétences plutôt que des savoirs abstraits et ceci n'est qu'un tout petit aperçu de la longue liste de recommandations et d'obligations que nous avons.

J'essaie d'enseigner du mieux que je peux, de créer des situations d'apprentissages les plus efficaces et intéressantes possibles, mais malheureusement on ne me donne pas l'occasion de finaliser le travail effectué. L'examen de fin d'année, je le conçoit comme une opportunité pour les élèves de montrer ce dont ils sont capables et ce qu'il ont appris au cours des derniers mois. Ils donnent souvent à ce moment-là le meilleur d'eux-mêmes, je trouve donc logique d'alors leur accorder le temps nécessaire et toute mon attention.

Mais il y a beaucoup d'examens (math, français, bio, chimie, latin, histoire, géo, et la liste est encore longue) et chaque matière a son importance et sa difficulté. Malheureusement nous disposons de trop peu de temps pour accorder à chaque discipline toute sa valeur. Cela me met en colère. Suite à la décision de réduire le nombre de jours d'examens dont les écoles disposent, je ne peux consacrer qu'un malheureux petit 10 minutes à chaque élève...C'est tout ce que je peux lui accorder de temps pour écouter les progrès qu'il a fait, lui n'aura que quelques minutes pour trouver ses mots, former des phrases dans une langue qui n'est pas la sienne et en dire un maximum pour me montrer ce qu'il vaut. C'est trop peu!

L'examen oral devrait être un aboutissement, l'occasion pour l'élève d'enfin avoir le temps de s'exprimer seul face à son professeur, de parler cette langue qu'il a tenté d'apprendre tout au long de l'année et de montrer tout ce qu'il a acquis. Une question me hante: comment dois-je faire pour enseigner correctement une langue à quelqu'un, si je ne peux jamais lui offrir le temps de la parler?

Alors chers sages qui avez entre vos mains l'avenir de l'enseignement, je m'adresse à vous:

Vous nous demandez de faire acquérir à nos élèves des compétences langagières aussi bien de compréhension que de production alors que le manque de moyens nous confronte à des classes de 25-30 élèves et la quasi absence de matériel pédagogique (tels dictionnaires, outils de référence, ordinateurs, enregistreurs, lecteurs dvd et video,...). Vous nous confrontez à une mission pratiquement impossible. C'est pourquoi je vous prie de ne pas nous retirer en plus de tout le reste l'une des dernières possibilités qui nous restaient de faire notre métier du mieux qu'il nous est possible.

Voilà pourquoi j'ai passé une mauvaise journée, car je ne me suis pas sentie respectée dans mon travail. Et cela ne venait pas des élèves...

Mais heureusement ce forum existe et mettre tout cela en mots et en phrases m'a permis de me débarrasser de ce nœud au ventre...

Marie Dpl
Membre Actif
Membre Actif

Messages : 40
Date d'inscription : 02/12/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bien faire son métier n'est pas toujours facile!

Message  crepy le Ven 28 Mai 2010 - 20:12

Si tu savais à quel point je te comprends. Aujourd'hui, j'ai dû interroger 15 élèves en deux heures disons plutôt 50 minutes moins les minutes habituelles pour se préparer à travailler. Chaque élève a eu droit à 5 misérables minutes devant moi qui devais aussi gérer les 29 autres élèves présents dans la classe et qui étaient en train de réviser. Alors, d'accord, on veut qu'on les teste sur toutes les compétences, c'est un idéal auquel nous devrions tous aboutir mais donnez-nous les moyens, donnez-nous des petites classes afin de pouvoir au moins accorder 15 minutes par élève et ce dans des conditions adéquates pour eux car finalement ce sont les élèves les premiers perdants.

Bon wk à tous malgré la course aux examens

crepy
Membre Actif
Membre Actif

Messages : 14
Date d'inscription : 11/02/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bien faire son métier n'est pas toujours facile!

Message  crepy le Sam 12 Juin 2010 - 15:49

Je souhaite la bienvenue à tous les nouveaux adhérents du forum. N'hésitez pas à noter ce qui vous passe par la tête, vos envies, vos énervements pendant la correction des examens, vos conseils... Lâchez-vous! Nous sommes là pour ça;-)

crepy
Membre Actif
Membre Actif

Messages : 14
Date d'inscription : 11/02/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Bien faire son métier n'est pas facile

Message  Van Gansbeke Brigitte le Lun 21 Juin 2010 - 16:00

Bonjour
Je viens de découvrir le forum et de m'y inscrire. J'ai lu un premier texte venant sans doute d'un professeur encore jeune dans la profession. J'ai près de 30 ans de métier et chaque année je passe par les même sentiments. Toute l'année, on travaille avec un groupe auquel on souhaite transmettre notre intérêt et enthousiasme pour les langues. Et sans cesse on se heurte aux contraintes administratives, directoriales, d'inspection, aux réactions des parents. C'est épuisant. Enseigner c'est comme le jardinage. On plante des petites graines, on les entoure des meilleurs soins pour avoir une jolie récolte. Et puis un coup de gel ou une canicule et tout est détruit ou presque... mais qu'il y ait une seule fleur et la journée va mieux.
Alors si un seul étudiant(e) a accroché aux sujets abordés, s'est accroché pour s'améliorer, c'est un plaisir certain qui efface les autres déceptions.
Et l'année suivante, on recommence
A lors courage et bonnes vacances

Van Gansbeke Brigitte
Membre Actif
Membre Actif

Messages : 2
Date d'inscription : 21/06/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bien faire son métier n'est pas toujours facile!

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum